Actualités F.F.TRI.


Un Championnat du Monde qui s'annonce épique

Un Championnat du Monde qui s'annonce épique
Le 13 Septembre 2017

WTS Rotterdam (NDL) - "Grand Final" - Championnat du Monde Élite, U23, Junior et de Paratriathlon - 15 & 16 sept 2017 
 
Une météo capricieuse, un parcours vélo technique et un plateau presque au complet, c'est un Championnat du Monde dantesque qui attend nos athlètes. Ce ne sont pas moins de vingt-deux Françaises et Français, toutes catégories confondues, qui prendront le départ à Rotterdam. Si tous n'ont pas les mêmes ambitions, ils ont un objectif commun : porter haut le drapeau tricolore. 
 
Pierre Le Corre, Vincent Luis et Simon Viain face aux meilleurs
 
Chez les élites, nos Français feront face à un plateau extrêmement relevé. C'est simple : ils seront presque tous là. Seul absent, et non des moindres, le Champion Olympique en titre, Alistair Brownlee, opéré récemment. 
 
Les Français sont en forme, et ils l'ont montré cette saison. Pierre Le Corre réalise une belle saison 2017 avec une troisième place sur la dernière WTS à Stockholm, une médaille d'argent au Championnat d'Europe Sprint à Düsseldorf en juin dernier, trois top 10 en WTS  et une 9e place au ranking mondial provisoire. Vincent Luis, lui, a raflé le bronze de la WTS d'Abu Dhabi (en mars dernier) et a enchaîné les top 5 (4e à Dussledorf, 4e de la WTS d'Hambourg). Enfin, Simon Viain, a accumulé les bons résultats sur Coupe du Monde (3e à Madrid, 6e à Cagliari) et a poursuivi avec succès son apprentissage du plus haut niveau sur WTS (7e à Montréal, 13e à Edmonton, 12e à Stockholm). 
 
L'effectif français a réalisé une préparation sans encombre. Vincent Luis est allé se préparer en altitude, à Font Romeu. Simon Viain a fait le choix de faire l'impasse sur le Championnat de France (qui avait lieu à Quiberon début septembre) pour optimiser ses chances d'arriver prêt le jour J. Pierre Le Corre a dû faire face à quelques soucis mineurs, mais tout est entré dans l'ordre et il a refait le plein d'énergie. Ils sont donc prêts à prendre part à la très belle bataille qui s'annonce. Car, à leurs côtés, ce sont des délégations espagnoles, portugaises, et australiennes au grand complet qui seront au départ.
 
Stéphanie Déanaz, entraîneur national : "Au regard du parcours vélo technique, il sera plus confortable de se positionner sur l'avant de la course dès le début pour éventuellement profiter d'une échappée en petit comité. Dans le cas d'un regroupement le placement au sein du peloton sera essentiel pour éviter les chutes et ne pas laisser trop d'énergie dans les relances. Comme sur les dernières WTS la gestion de la partie cycliste sera déterminante pour la course à pied. Les garçons ont montré des choses intéressantes dernièrement, une bonne gestion de leur effort sur l'ensemble de la course pour en tirer le meilleur résultat à l'arrivée. Ils ont tous réalisé une préparation satisfaisante pour cette dernière étape du championnat. Cette année, nous leur avions demandé d'atteindre un niveau de performance plancher et de l'élever deux fois. Nous voilà arrivés au deuxième temps fort de la saison, nous allons voir comment ils vont l'appréhender." 
 
Des ambitions élevées et légitimes pour les U23 tricolores
 
Course hommes
 
Dossard numéro 1 pour Raphaël Montoya. Vice-champion d’Europe Élite en Autriche, en juin dernier, deux fois cinquième sur circuit WTS (Edmonton et Montréal), 2e de la Coupe du Monde de Madrid, le jeune français prendra le départ en pôle position. Côté tricolore, il sera accompagné de Dorian Coninx, 6e de la WTS d’Hambourg et de Léo Bergère, qui a fait une très belle entrée en matière sur le circuit WTS (8e à Hambourg, 11e à Stockholm et 11e à Abu Dhabi). 
 
Mais les Français ne sont pas les seuls à avoir brillé sur le circuit mondial. A Rotterdam, ils devront faire face à une concurrence relevée et une densité rarement atteinte, que ce soit en termes d'athlètes au départ (plus de soixante-dix), ou en termes de favoris (ils sont neuf dans le top 50 du classement mondial ITU).
 
Sébastien poulet, entraîneur national : "Chez les U23, nous avons une belle équipe, compétitive et expérimentée. Nos trois garçons ont été performants sur WTS, ils arrivent donc avec des ambitions de médaille, voir de victoires tout à fait légitimes. Mais ils devront faire face à un plateau relevé. Il est rare de voir une telle densité sur un Championnat du Monde U23, avec autant de jeunes athlètes ayant eu de bons résultats sur WTS. Ils seront une dizaine de favoris pour trois places sur le podium. De gros rouleurs sont au départ, cela promet une course animée sur le vélo, qui va laisser des traces."
 
Raphaël Montoya : "Je vais très bien, ma préparation s'est déroulée comme je le voulais, avec notamment un stage en altitude à Font Romeu pendant trois semaines. J'ai réalisé une bonne course à Quiberon sur le Championnat de France, malgré un manque de fraicheur car je venais de redescendre du stage. Je suis serein et je gère bien la pression. La forme étant là, ça devrait bien se passer. En tous cas, j'aurais tout fait pour réaliser la meilleure performance."
 
Course femmes
 
Chez les femmes également, c’est une très belle délégation qui défendra les couleurs de la France. Au départ, Léonie Periault, deux fois vice-championne du Monde U23 (en 2016 et 2015), et très en forme cette saison : 6e de sa première WTS à Stockholm et 2e de la Coupe du Monde de Tiszaujvaros. Elle sera accompagnée de Sandra Dodet, 3e l’an passé et 5e la Coupe du Monde de Tiszaujvaros en 2017. La jeune Cassandre Beaugrand complète la délégation pour son premier Championnat du Monde en catégorie Espoir. Si le parcours vélo technique ne jouera pas en sa faveur, elle demeure l’une des meilleures coureuses du circuit (deuxième temps course à pied de la WTS de Stockholm). Mais elles devront faire face à une stratégie britannique bien affichée. Les Françaises courent vite, et leurs adversaires le savent. L’objectif pour les anglaises, très bonnes nageuses et rouleuses, sera de faire l’écart à vélo.
 
Stéphanie Déanaz, entraîneur national : " Pour contrer la stratégie des Britanniques, les Françaises devront être placées dès la sortie de l’eau. Si ce n’est pas le cas, elles devront prendre les choses en main et s'unir pour se donner toutes les chances d’être sur l’avant de la course. Il leur faudra être bonnes techniquement, pour ne pas laisser trop d’énergie sur le vélo et le payer sur la course à pied. Elles sont en forme, leurs adversaires le savent. Il va falloir qu’elles soient à l’affût, offensives et fines dans leurs prises de décision. Elles ont une grosse marge de progression sur la partie cycliste, et pour mettre toutes les chances de leur côté, nous avons fait appel cet hiver à Olivier Maignan (ancien VTTiste, aujourd'hui entraîneur de plusieurs VTTistes de Haut Niveau). Il reste encore beaucoup de travail, mais elles ont bien progressé sur la technique vélo. Le parcours de Rotterdam nous conforte dans l’idée qu’il faut continuer à travailler dans ce sens."
 
Léonie Periault :"C'est mon dernier Championnat du Monde dans cette catégorie. Je crépite d’impatience ! Je me sens prête et confiante. Nous sommes une belle équipe de France, et prometteuse. Je pense que nous avons des places à prendre avec mes coéquipières, Sandra et Cassandre. Nous serons observées et attendues au tournant (c'est le cas de le dire vu le nombre de virages du parcours !). Ça risque d'être le rituel combat franco-anglais. Le parcours est très technique, et les conditions météorologiques risquent de durcir fortement la course. Ça sera une véritable course de guerrières. Vivement samedi !"
 
Les Juniors construisent leur avenir
 
Il s’agira, pour nos quatre Français, d’une première expérience sur Championnat du Monde. Un seul mot d’ordre pour eux donc : exprimer ce qu’ils savent faire dans cet environnement, et engranger un maximum d’expérience. 
 
Si Audrey Ducornet et Valentin Morlec (première sélection en Equipe de France Junior) ont peu d’expérience, Louis Vitiello est dans sa dernière année junior. Au Championnat d’Europe, à Kitzbuhel en juin dernier, il a déjà pu prendre la mesure de ce qui le séparait du meilleur niveau de sa catégorie. Il aura donc une belle carte à jouer. De même pour Jessica Fullagar, qui a fait une très belle saison (championne d'Europe Youth, médaille de bronze au Championnat d’Europe Junior, et vainqueure de deux Coupes d’Europe Junior). 
 
Sébastien Poulet : "Chez les juniors, notre délégation est en phase d'apprentissage : pour tous les quatre c'est la première fois qu'ils vivront un événement mondial. Si Louis et Jessica ont déjà pu prendre la mesure au Championnat d’Europe Junior de Kitzbühel, la densité qu’ils trouveront à Rotterdam n’est pas comparable avec la présence de nombreux autres athlètes d'envergure internationale. Parmi les top 10 des championnats du Monde junior 2016, 6 filles et 6 garçons sont au départ de ce championnat dont Taylor Knibb et Austin Hindman, champions du Monde sortants... Sur la course en elle-même, nos athlètes ont la volonté de bien faire, et de se construire. L’objectif principal pour eux sera de mettre en place ce qu’ils savent faire, de jouer sur leurs points forts, et s'ils y parviennent le résultat qu'ils peuvent espérer sera au bout."
 
Jessica Fullagar : "Ma préparation s'est bien déroulée, avec des bonnes séances et les dernières courses ont permis de mettre certaines choses en place pour affiner certains points de l'entraînement. J'ai vraiment hâte d'y être, c'est une très belle opportunité, surtout quand on voit la startlist ! C'est mon premier Championnat du Monde, donc j'y vais dans l'esprit de donner tout ce que j'ai, faire la meilleure place possible, prendre un maximum d'expérience et de plaisir. J'aimerais bien faire un top 8, à moi de jouer !"
 
L’équipe de France de paratriathlon en quête de médailles mondiales
 
Ils seront neuf paratriathlètes à défendre les couleurs de la France. Une belle délégation, tant en nombre qu'en talents. 
 
Dans les rangs de cette Équipe de France, sera présent le Champion d'Europe et Champion de France en titre, Alexis Hanquiquant (PTS4), auteur d'une très belle saison (vainqueur de la WPS de Gold Coast, et des coupes du Monde de Paratriathlon de Besançon et Iseo). A ses côtés, récents Champions de France, seront présents deux athlètes de renom : Stéphane Bahier (PTS2), vice-champion d'Europe en titre et vainqueur de la WPS de Gold Coast, et Yannick Bourseaux (PTS5), vice-champion du Monde en titre. Complètent la délégation Geoffrey Wersy (PTS2), vainqueur de la WPS d'Edmonton, Yan Guanter (PTS5), troisième de la WPS de Gold Coast, Ahmed Andaloussi (PTWC), vainqueur de la Coupe de Monde de Besançon, ainsi qu'Arnaud Grandjean et son guide Julien Hervio (PTVI), troisièmes de la WPS d'Edmonton. 
 
Chez les femmes, la France pourra compter Gwladys Lemoussu (PTS5), médaillée de bronze aux Jeux Paralympiques de Rio et vice-championne d'Europe en titre et Elise Marc (PTS3), médaillée de bronze au Championnat d'Europe, à Kitzbuhel en juin dernier. 
 
Nicolas Becker, entraineur national : "Sur ce Championnat du Monde, nous présentons à peu près la même équipe que celle des Europe à Kitzbuhel, en juin dernier (seul Alexandre Paviza n'est pas présent). Pour Alexis Hanquiquant, Champion d'Europe, l'objectif est celui de la médaille, voir de la victoire. Il a réalisé une très belle course à pied sur le Championnat de France il y a quelques jours. Il a toutes les cartes en main pur faire une belle course. Elise et Stéphane ont réalisé une bonne préparation. La concurrence est à peu près la même qu'à Kitzbuhel, où ils ont tous les deux fait un podium. Tous les voyants sont au vert pour qu'ils réitèrent leurs performances. Gwladys a réalisé une très bonne préparation et a beaucoup travaillé pour faire face à des filles très solides, et notamment des Américaines et Australiennes qui n'étaient pas présentes sur le Championnat d'Europe. Yannick et Geoffrey courent dans une catégorie relevée, dans laquelle les places sur le podium seront très disputées. Enfin, Arnaud et Julien, Yan et Ahmed peuvent prétendre à une place de finaliste."
 
Gwladys Lemoussu : "J'ai fait une bonne préparation, j'ai bien travaillé, et j'ai eu des très bonnes sensations sur le Championnat de France. Les conditions s'annoncent difficiles, avec la pluie et sur un parcours difficile que je connais déjà, puisque le Championnat du Monde de l'année dernière avait déjà eu lieu à Rotterdam. Je n'avais pas l'adaptation pour mon bras gauche sur mon vélo l'an passé, je pense que cet élément me permettra d'être encore mieux à vélo cette année. Je connais presque toutes mes concurrentes. Comme d'habitude, je vais donner le maximum et faire au mieux."
 
Alexis Hanquinquant : "Mon objectif, c'est la médaille ! Je suis très en forme, et j'ai réalisé ma meilleure course à pied sur le Championnat de France il y a quelques jours. C'est donc très positif, et si j'arrive à tout mettre en œuvre il n'y a pas de raison de que je n'atteigne pas mon objectif. Bien évidemment, cela reste une course d'un jour, avec tous les imprévus qui peuvent arriver. Je sais que je pars favori, cela rajoute une pression supplémentaire mais je me sens bien, et j'ai hâte d'en découdre !"
 
Championnat du Monde - Vendredi 15 et Samedi 16 Septembre
 
Rappel Français.e.s engagé.e.s
Élites H
Pierre Le Corre (Montpellier Triathlon)
Vincent Luis (Ste Genevieve Triathlonà
Simon Viain (Montpellier Triathlon)
U23F
Cassandre Beaugrand (Poissy Triathlon)
Sandra Dodet (Poissy Triathlon)
Léonie Periault (Poissy Triathlon)
U23H
Léo Bergère (Saint Jean de Monts Vendée Triathlon)
Dorian Coninx (Poissy Triathlon)
Raphaël Montoya (E.C. Sartrouville Triathlon)
Junior F
Audrey Ducornet (Gravelines Triathlon)
Jessica Fullagar (Les Alligators Seynod Triathlon)
Junior H
Valentin Morlec (A.S.M. Saint Etienne Triathlon 42)
Louis Vitiello (ES Blanquefort Triathlon)
Paratriathlon
PTS5 F - Gwladys Lemoussu (Saint Jean de Monts Vendée Triathlon)
PTS3 F - Elise Marc (ASVEL Triathlon)
PTS2 H - Stéphane Bahier (Laval Triathlon Club)
PTS2 H - Geoffrey Wersy (Stade Poitevin Triathlon)
PTS4 H - Alexis Hanquiquant (Rouen Triathlon)
PTS5 H -  Yannick Bourseaux (Triathlon Académie Montluçon)
PTS5 H - Yan Guanter (Les Angles Triathlon)
PTVI H - Arnaud Grandjean - Julien Hervio (Metz Triathlon)
PTWC H - Ahmed Andaloussi (La Tribu 64)
 
CLASSEMENT CHAMPIONNAT DU MONDE (après 8 étapes sur 9) : http://wts.triathlon.org/rankings
 
HOMMES: 1. Mario Mola (ESP) 3701 pts, 2. Javier Gomez Noya (ESP) 3361 pts, 3. Richard Murray (RSA) 3197 pts (...), 9. Pierre Le Corre (FRA) 2142 pts (...), 11. Raphael Montoya (FRA) 2054 pts (...), 13. Vincent Luis (FRA) 1883 pts (...), 16. Simon Viain (FRA) 1614 pts (...), 19. Dorian Coninx FRA 1492 pts, 20. Léo Bergere FRA 1475 pts
 
FEMMES : 1. Flora Duffy (BER) 4000 pts, 2. Ashleigh Gentle (AUS) 3507 pts, 3. Andrea Hewitt (NZL)3224 pts, 4. Katie Zaferes (USA) 3192 pts, 5. Kirsten Kasper (USA) 2869 pts
 
Programme
 
15 septembre
9h - Paratriathlon
15h - Junior femmes
17h - U23 hommes
 
16 septembre
8h - Junior hommes
10h - U23 femmes
13h06 - Élite hommes
16h06 - Élite femmes
 
La Grande Finale des WTS (Rotterdam) - sur La Chaîne l’Équipe
 
# Samedi 16 septembre : 15h50 course femmes en direct
# Lundi 17 septembre : 09h45 course hommes en différé
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 

Pratiquer
le Triathlon

PUB